Le projet

   

L’Oiseau-Mouche c’est

Une histoire qui dure depuis plus de 40 ans;
Une équipe de 55 personnes;
Une utopie devenue réalité;
Une compagnie de 23 comédiens permanents en situation de handicap mental;
Un répertoire foisonnant avec plus de 50 créations et 1700 représentations en France et à l’international;
Autant d’esthétiques variées que d’artistes signant les créations;
Un projet innovant qui ne cesse de se réinterroger;
Deux restaurants avec 18 cuisiniers er serveurs en situation de handicap mental;
Un théâtre avec deux salles, un studio de répétition;
Deux projets européens réunissant 6 pays, 4000km;
Un lieu de fabrique artistique;
Des centaines d’heures d’actions artistiques;
Des partenariats forts avec des acteurs culturels du territoire;
Plus de 40 équipes artistiques accueillies en représentations, résidences, workshops, ateliers cette saison;
Des rencontres fortes avec le public d’ici et d’ailleurs;
Une aventure qui fait bouger les lignes…

 

Histoire

Née en 1978, la Compagnie de l’Oiseau-Mouche est devenue professionnelle en 1981 en créant le premier Centre d’Aide par le Travail artistique de France. Jusqu’en 1987, la troupe explore l’esthétique du théâtre de gestes. Le texte est très peu présent et les artistes qui mettent en scène la compagnie sont peu convaincus que les acteurs puissent incarner la parole sur scène. Ce blocage est dépassé en 1987: le texte fait son apparition avec Rapt, de Philippe Vaernewick et Dramaticules de Beckett, mis en scène par Stéphane Verrue.

En 1995, débute la collaboration avec Antonio Vigano qui donne lieu à trois créations dont Personnages, d’après Six personnages en quête d’auteur de Luigi Pirandello. C’est le second spectacle le plus joué de la compagnie avec 146 représentations en 10 ans. Il a obtenu le Prix Stregagatto en Italie en 1999 (meilleur spectacle pour la jeunesse).

Au début des années 2000, le texte devient une composante forte du travail théâtral de la compagnie avec Phèdre et Hippolyte d’après Jean Racine et le Roi Lear de William Shakespeare, mis en scène par Sylvie Reteuna. À la même époque, la compagnie s’installe 28 avenue des Nations Unies à Roubaix, dans un bâtiment pensé par et pour les comédiens. Viendront ensuite La Mère de Bertolt Brecht, mis en scène par Françoise Delrue, L’Enfant de la Jungle d’après Rudyard Kipling, spectacle le plus joué avec 154 représentations en 6 ans, et Une Odyssée d’après Homère, tous deux mis en scène par Christophe Bihel.

En 2009, Dans ma maison # 5 «Oiseau-Mouche» concrétise une collaboration de longue date avec Christophe Piret. En octobre 2011, la compagnie s’est associée à Cédric Orain pour créer Sortir du corps, une exploration de la langue singulière et foisonnante de l’auteur Valère Novarina. En janvier 2013, Christian Rizzo est invité à chorégraphier son 39ème spectacle, De quoi tenir jusqu’à l’ombre. C’est également en 2013 que l’Oiseau-Mouche est devenu compagnie conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication avec la DRAC Nord-Pas de Calais, le Conseil Régional du Nord-Pas de Calais et la Ville de Roubaix. En 2014 la compagnie collabore avec la metteuse en scène Florence Lavaud pour une création jeune public, Un stoïque soldat de plomb, librement adaptée du conte d’Hans Christian Andersen.

L’année 2018 est une année de fête pour la Compagnie de l’Oiseau-Mouche : fêter sa création, 40 ans plus tôt; créer des spectacles, et notamment Par la fenêtre par Aude Denis et Madisoning par Amélie Poirier; tourner ses spectacles, en France comme à l’étranger; apporter de la joie et des paillettes à de nombreuses personnes tout au long de l’année via ses projets participatifs comme les Before Work! Et en 2019… nous fêterons notre 50ème création, Les Diables par Michel Schweizer !

En 40 ans, la compagnie a surpassé les objectifs initiaux fixés lors de sa création. Ce qui semblait impossible pour les pionniers des années 70 est devenu le quotidien de l’actuelle génération de comédiens.

 

Création et recherche artistique

La dynamique de création est fondamentale pour la compagnie. Elle s’articule autour de valeurs repères :

– rencontre entre les comédiens et les artistes
– compagnonnage
– découverte et pluralité des esthétiques
– valorisation des partenariats artistiques sur le long terme

La compagnie a choisi de ne pas avoir de metteur en scène attitré mais de favoriser les rencontres avec des artistes venant de disciplines artistiques différentes et de cultiver la pluralité des esthétiques. Les rencontres avec les metteurs en scène se pensent toujours sur le long terme : l’artiste va à la rencontre des comédiens, présente son travail, discute, propose des stages ou des workshops ; en un mot partage son travail artistique. Cette intimité peut aboutir au montage d’un spectacle. L’artiste associé lance alors une audition et sélectionne les comédiens avec lesquels il souhaite travailler.

Depuis 2008, la compagnie développe un deuxième axe de création : l’inscription de petites formes « hors les murs » à son répertoire, destinées à rencontrer le public sur les territoires en dehors des réseaux de salles équipées. Parallèlement au travail de création en salle et de recherche artistique qui continue à mobiliser la majeure partie de l’énergie et des capitaux de la compagnie, ce nouvel axe de développement lui permet à d’atteindre un double objectif : celui d’inscrire un maximum de ses comédiens dans un processus de création et de satisfaire à des idéaux de démocratisation culturelle, en touchant des publics néophytes. Il s’agit bien ici de créer des « petites formes », répondant toujours à l’exigence artistique de la compagnie tout étant plus légères sur le plan technique, de façon à pouvoir être jouées quelque soit le lieu.
La diffusion de ce répertoire bénéficie du soutien de la Métropole Européenne de Lille depuis 2011.

Enfin, la Compagnie de l’Oiseau-Mouche valorise également les projets artistiques extérieurs qui intègrent des comédiens de la troupe. Encadrés par l’équipe permanente et demeurant salariés de la compagnie, ils bénéficient ainsi d’une expérience supplémentaire au contact d’autres artistes, qu’ils pourront transmettre à l’ensemble de la compagnie à leur retour. L’Oiseau-Mouche s’engage aussi régulièrement dans des coproductions, où engagement financier et administratif s’ajoutent à l’intégration des comédiens. Cette présence au sein d’autres créations contribue également à renforcer les liens avec le tissu des compagnies tout en ouvrant des perspectives de nouveaux partenariats.

 

Formation

La formation professionnelle occupe une place importante dans les activités de la compagnie et est indissociable de son activité de création. Des artistes (metteurs en scène, chorégraphes, musiciens, plasticiens ou vidéastes) sont ainsi sollicités pour animer des ateliers de formation à destination des comédiens de l’Oiseau-Mouche.

Il est à noter que nombre des productions de la Compagnie de l’Oiseau-Mouche ont pris racine dans ces différents ateliers, lieux de la première rencontre entre un créateur et ses futurs interprètes. Indéniablement, ces ateliers sont aussi des lieux de transmission entre les comédiens les plus aguerris, détenteurs d’une partie de l’histoire de la compagnie et ceux qui ont été récemment embauchés.

Le programme de formation professionnelle des comédiens se déclinera autour de trois champs artistiques : la danse, le théâtre d’objets et les formes hybrides où musique, arts plastiques et arts visuels se mêleront au théâtre de façon transdisciplinaire.

© Aude-Marie Boudin
L'équipe Oiseau-Mouche
© Anouk Desury
Par la fenêtre
© Daniel Pieruzzini
La Barbe